Ce fut en 1602 (x2), Qu’on vit les Savoyards furieux (x2)

Aujourd’hui, à Genève on fête l’Escalade et les genevoises (et genevois mais ils doivent être inexistants sur mon blog) qui passeront pas ici auront vite reconnu la partie du couplet patriotique genevois « Ah ! La Belle Escalade ».

Faisons un peu d’histoire à ma manière, c’est à dire, très vite.
En 1602 , dans la nuit du 11 au 12 décembre (la nuit la plus noire de l’année) à 2h00, le duc Charles-Emmanuel de Savoie fait attaquer Genève par surprise. Le but était de passer par dessus les murailles pour assaillir la ville et tuer le plus de monde possible. Sauf que les français ont eut la mauvaise idée d’avoir des échelles trop courtes (mouhaha) et ont bien galéré pour pouvoir passer.
Arrivés en haut, un garde de la ville a donné l’alerte en sonnant la Clémence (cloche de la cathédrale Sain-Pierre). Les citoyens se sont levés, on saisi des armes et, en chemise de nuit, ont prêté main forte.

On peut retenir 6 choses importantes :

  • Depuis cette date chaque année le 12 décembre Genève fête l’Escalade.
  • Les enfants se déguisent et vont frapper aux portes en chantant “Ah ! La Belle Escalade”.
  • On mange une soupe de légume et une marmite en chocolat que l’on fait briser par 2 personnes (généralement la plus âgée et la plus jeune du groupe) qui s’écrient les mains jointes “ainsi périssent les ennemis de la République ». Cette marmite, garnie de légumes en massepain et de bonbons en pâte de fruit représente la marmite que Catherine Cheynel, dite Mère Royaume (d’origine lyonnaise, mouhaha²), lança depuis sa fenêtre sur des soldats français.

Cé qu’è lainô, le Maitre dé bataille,
Que se moqué et se ri dé canaille,
A bin fai vi, pè on desande nai,
Qu’il étivé patron dé Genevoi.

Y son vegnu le doze de dessanbro,
Pè onna nai asse naire que d’ancro;
Y étivé l’ an mil si san et dou,
Qu’ y veniron parla ou pou troi tou.

Petis et grans, ossis an sevegnance,
Pè on matin d’ onna bella demanze,
Et pè on zeur qu’ y fassive bin frai,
Sans le bon Dy, nos étivon to pray.

Il y a 68 couplets, je vous la fait courte hein 😀

  • Si les savoyards avaient gagné, Genève serait française aujourd’hui.

Alors, bonne Escalade à tous 😀

Advertisements

8 thoughts on “Ce fut en 1602 (x2), Qu’on vit les Savoyards furieux (x2)

    1. J’ai déjà été voir ton blog, c’est vrai que je ne commente pas vraiment mais ton adresse est dans mes favoris 🙂 J’aime bcp ce que tu fais, t’es douée, bravo 🙂

  1. Ah génial cette petite leçon d’histoire de bon matin ! 🙂 Bon escalade à toi alors et à tous les genevois. Ce soir, je fais donc casser la marmite par mon homme et ma fille ^^ Encore merci, des bisous et soigne-toi bien !!

Laisser un commentaire

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Changer )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Changer )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Changer )

Connecting to %s